Etude de cas : article de blog

Organic Diaper est un fabricant de couches lavables pour bébés. Très impliquée dans la préservation de l'environnement, l'entreprise milite pour la maîtrise et la valorisation des déchets issus de l'industrie.

Organic Diaper a constaté que le frein majeur à l'achat de ses produits, réside dans la consommation d'eau et d'électricité nécessaires au nettoyage quotidien des couches. Elle propose donc à ses clients un abonnement mensuel, qui en facilite l'utilisation. Ce service comprend la location, la livraison et le lavage d'un set de couches à l'usage exclusif des familles abonnées. Les couches sont nettoyées par Organic Diaper, selon un procédé respectueux de l'environnement.

Les dirigeants de l'entreprise souhaitent communiquer plus intensivement sur ses processus industriels, très représentatifs des valeurs de la marque. Ils désirent mettre en exergue l'authenticité de leur engagement environnemental, tout en délivrant à leurs clients potentiels une information utile. Organic Diaper veut démontrer à son audience que sa mission s'inscrit dans des ambitions d'intérêt général.

Ils attendent un article très documenté, qu'ils publieront sur leur blog d'entreprise, dans le cadre de leur stratégie d'inbound marketing. Le texte intégrera un Call-To-Action clair.

Voici ma proposition à Organic Diaper :

Comment vos eaux usées nous procurent engrais bio et énergie verte

Nos eaux usées sont un gisement inépuisable d’engrais naturel et d’énergie verte : Organic Diaper recycle et valorise les déchets organiques issus des couches de vos bébés. Avec l’aide d’experts, nous transformons le phosphore, l’urée, le potassium, l’hydrogène et l’ammoniac qu’elles contiennent, en ressources pour l’agriculture et pour l’industrie. Pour le plus grand bien de la planète.

Connaissez-vous l’impact environnemental de la production d’engrais chimiques et d’énergies fossiles ?

L’industrie utilise énormément de ressources pour l’extraction de minerais, la production d’énergie et le traitement des eaux usées. Avec des conséquences dramatiques sur l’environnement et la santé humaine.

Pour fertiliser les sols, l’agriculture emploie des engrais fabriqués à base de phosphore, d’azote et de potassium. La plupart de ces composants organiques sont fabriqués industriellement ou issus de l’activité minière. Leur production consomme beaucoup d’énergie et nécessite de nombreux traitements chimiques.

Ainsi, l’extraction minière de phosphates est lourde de conséquences au plan environnemental et sanitaire : elle emploie quantités de métaux lourds et substances toxiques telles que fluor, cadmium, plomb, arsenic, chrome et minéraux radioactifs. Imaginez donc son impact particulièrement néfaste sur la santé humaine et les écosystèmes. En outre, les rejets excessifs de phosphore dans l'environnement polluent l'eau de surface : ils stimulent la croissance d’algues et de végétaux aquatiques porteurs de cyanobactéries toxiques.

Le phosphate (forme de phosphore) est pourtant un élément vital pour l’humanité. Or, on prévoit l’épuisement des réserves mondiales de phosphate d’ici 50 à 100 ans : une crise grave semble donc se préparer. Le recyclage du phosphate s’annonce indispensable pour assurer la production alimentaire des futures générations.

Le pétrole, le gaz naturel et le charbon représentent 80% des énergies consommées dans le monde. Ces énergies fossiles sont les plus polluantes. Comme vous le savez déjà, leur extraction impacte fortement l’environnement et leur disponibilité est limitée. 

C’est prouvé : Nos eaux usées sont des gisements d’engrais bio et d’énergie verte

Saviez-vous que l’urine était un engrais extraordinaire ? et que nos eaux usées pouvaient produire de l’énergie ?
 

L’urine est un formidable fertilisant des sols

Depuis des siècles, les cultivateurs et jardiniers émérites connaissent les vertus de l’urine. Certes, l’urine n’est pas glamour mais c’est un excellent engrais naturel, qui prévient en outre plusieurs maladies et carences affectant les végétaux. Riche en minéraux bio-disponibles, elle se diffuse mieux que le fumier dans le sol et jusqu’aux racines des végétaux.

Quasiment tous ses composants sont immédiatement recyclables en agriculture : l’urine contient du phosphore, de l’azote uréique et du potassium, trois matières hautement fertilisantes. Elle recèle également de l’ammoniac, néfaste pour les végétaux. Mais un procédé de traitement existe, la nitrification, qui permet de stabiliser l'urine et de ne conserver que l'azote et le phosphore sous forme concentrée.

Pour croitre, de nombreux végétaux ont besoin de grandes quantités de sodium en complément du potassium. Et les herbivores sauvages, souvent carencés en sodium, recherchent cet élément dans leur nourriture. Quant au chlore, c’est un oligo-élément essentiel pour les plantes et les animaux.

Rassurez-vous, plusieurs études démontrent que le chlorure de sodium contenu dans l’urine n’est préjudiciable, ni pour le sol, ni pour l’environnement, ni pour le développement des végétaux fertilisés avec cette substance organique. L’impact serait même bénéfique puisque dans certains sols, le sodium libère le potassium emprisonné dans des feuillets d’argile.

Etonnant : exploiter nos effluents organiques pour produire de l’électricité verte 

Nous avons un scoop : utiliser les bactéries et la matière organique contenues dans les eaux usées permet de produire de l’énergie. Le principe est celui d’une pile à combustible qui fonctionne grâce à l'activité bactérienne. Aux Etats Unis, la Pennsylvania State University développe des piles à combustibles microbiennes qui purifient l’eau et en décomposent toutes les matières organiques.

Comment ça marche ? l’eau polluée est purifiée par l’action de micro-organismes dits « électricigènes », qui se nourrissent des matières organiques. En absorbant ces matières, les bactéries produisent des électrons qui se combinent avec de l'oxygène. Mais dans une atmosphère privée d’oxygène, les électrons peuvent être dirigés vers une électrode et créer de l'électricité dans un circuit externe. 

L’électricité résulte d’un transfert d’électrons entre l’anode et la cathode. Les déchets organiques contiennent de l’hydrogène qui s’oxyde au contact de l’anode, ce qui libère un électron. L’ion hydrogène qui en résulte est alors récupéré au niveau de la cathode, avec l’électron. 

La solution ultime : recycler et valoriser nos eaux usées 

Chez Organic Diaper, on en produit beaucoup des eaux usées : de plus en plus de parents choisissent l’option lavage quand ils s’abonnent à nos services de location de couches lavables. En conséquence, nous produisons des effluents, même si leur quantité est maîtrisée, même si on fait très attention. En partenariat avec des experts et des industriels, notre entreprise a décidé de valoriser ses déchets et effluents, pour offrir des solutions alternatives aux procédés extractifs et chimiques.

Extraire le phosphore de l’urine participe à limiter l’exploitation des mines de phosphates. Alimenter des piles à combustible microbiennes avec nos rebuts organiques permet de produire de l’électricité biologique. A l’échelle des besoins de recyclage et de dépollution, on sait bien qu’on est tout petit, mais chaque action compte, non ?

Ce qui nous motive vraiment dans cette démarche, c’est que la R&D concernant les piles à combustible microbiennes se focalise sur le traitement des eaux usées, parce qu’il s’agit d’une ressource très rentable : elles sont inépuisables et contiennent des milliards de bactéries, donc une immense quantité d’énergie.

Déployer des piles à combustible microbiennes dans une station d’épuration permettrait simultanément la purification des eaux usées et la production d’une quantité d’électricité considérable. Imaginez le bénéfice que cela pourrait engendrer pour nous tous ?

Les piles microbiennes expérimentales ont produit jusqu'à 6,9 watts par mètre carré d'électrode. Les travaux en cours consistent à fabriquer des piles microbiennes à l’échelle industrielle et identifier les matériaux optimisant le fonctionnement des électrodes.

Une fois industrialisé, ce procédé offrira ainsi une double solution : produire de l’énergie verte renouvelable et accroître les ressources en eau potable. Les producteurs d’eaux usées deviendront des producteurs d’énergie nette : au lieu de payer leur électricité, ils en généreront. Nous, nous voulons faire partie de cette catégorie d’acteurs économiques.

Engagez-vous avec nous pour protéger les ressources de la planète

Depuis sa création, Organic Diaper lutte activement contre le gaspillage de l’eau et la valorisation de sources d’énergie verte. Ainsi, nous avons changé notre regard sur les eaux usées que notre activité génère. Désormais, nous les utilisons comme des matières premières renouvelables et transformables à moindre coût.

Si vous êtes en train de lire cet article, c’est sans doute parce que vous partagez nos préoccupations et notre engagement en matière de développement durable. Et parce que, comme nous, vous êtes des parents éco-responsables. 


Vous voulez soutenir nos actions ? préserver le confort de Bébé et l’environnement dans lequel nous vivons ?

Découvrez nos abonnements et bénéficiez de notre offre d'essai d'une semaine, totalement gratuite !